--------------------------------------------------------------

Animations en février 2019

--------------------------------------------------------------


A la une chez Biocoop

En février, Biocoop propose aux jeunes parents de renouer avec la cuisine « fait maison », tout en prenant soin d’eux et de bébé ! Autant de bonnes idées et conseils à découvrir en magasin.

Gourmand et réconfortant. Chez Biocoop, le mois de février fait la part belle aux petits plats (pour bébé) « fait maison » et aux soins pour maman et bébé.

Le « fait maison », c’est comme son nom l’indique, faire soi-même ses recettes. Pour les jeunes parents, cela se traduit – au moment de la diversification alimentaire (à partir de 4 mois) – par la réalisation de petits pots à base de produits bruts – des fruits et légumes, pour commencer. Avec intégration progressive de protéines animales et/ ou végétales). – À la vapeur, au robot cuiseur… les cuissons douces, sont de mises pour satisfaire les papilles des bambins, avides de nouvelles découvertes culinaires ! Découvrez notre recette « Pomcannico » ou compote de pommes cannelle-abricots secs.

Toutefois, pour les jeunes parents qui n’ont, ni le temps, ni l’envie, il y a les petits pots tout-prêts ! Ça tombe bien, Biocoop vient de lancer une nouvelle gamme de petits pots pour bébé. Des préparations fabriquées comme à la maison, avec la participation de jeunes parents-consommateurs.

 

3 conseils pour cuisiner « maison »

➔ Pour gagner du temps en semaine, pensez à préparer puis congeler vos plats.

➔ Relever le goût de vos préparations en introduisant progressivement des aromates ou des épices douces (cumin, curcuma, cannelle …)

➔ Choisissez des fruits et légumes bio et de saison, riches en goûts et en vitamines !

 

3 soins pour maman et bébé

➔ Optez pour des produits certifiés bio afin de préserver la peau délicate de bébé, à l’instar des couches écologiques fabriquées sans perturbateurs endocriniens, sans phtalates, sans paraben, sans chlore, sans parfum, ni allergènes).

➔ Tester les produits d’hygiène/ beauté lavables et réutilisables. Un vrai « plus », en termes d’impact environnemental.

➔ Jeunes mamans, prenez du temps pour vous ! Parce qu’une maman bien dans sa tête et une maman épanouie !


A la une : interdiction du glyphosate, dans 3 ans ou jamais !

A l’occasion d’un débat citoyen auquel il s’était invité dans la Drôme, le Président de la République est revenu sur son engagement d’interdire l’usage du glyphosate d’ici 2022.

Son message fut clair mais ô combien alarmant !
Une nouvelle fois, le débat sur la potentielle dangerosité du glyphosate a été relancé.
Une nouvelle fois, une promesse gouvernementale part aux oubliettes.
Une nouvelle fois, nous faisons machine arrière.
Mais au fait pourquoi revenir sur cet engagement ?

 

Le glyphosate fait désormais partie de nos vies depuis trop longtemps ! Nous parlons d’un produit que l’Anses* a jugé bon de classer parmi les substances suspectées d'être cancérigènes pour l'Homme !
L’urgence maintenant c’est ce que l’on fait et ce que l’on décide pour la santé des Français et la protection de l’environnement. Comment imaginer que le pouvoir politique ne fait pas ses choix dans l’intérêt de la population mais dans celui des lobbies qui ont décidé d’ériger le glyphosate comme un totem sans lequel on ne peut plus produire, ce qui est bien sûr ridicule car on l’a fait pendant quelques millénaires.
 

Est-ce envisageable d’imaginer que la sortie du glyphosate soit possible sans risquer de tuer l’agriculture française ?
Mais de quelle agriculture parlons-nous ? L’agriculture française est en train de mourir à petit feu. Des milliers de paysans luttent au quotidien pour vivre sereinement de leur métier. Les conditions de travail et de rémunération des agriculteurs ne font que se dégrader, les rapports de force avec les multinationales sont déséquilibrés, leur dépendance aux subventions françaises et européennes est problématique et ce sont près de 10 000 exploitations qui ferment chaque année dans notre pays !

Mais de quelle agriculture voulons-nous ?
De cette question découle la suivante : de quelle alimentation voulons-nous ? Et pour aller plus loin : de quel modèle de société voulons-nous ? De quelle distribution avons-nous besoin ? Tout est lié…

Il est urgent de prendre conscience de toutes ces questions, de les affronter avec lucidité. Urgent de mettre en coopération tous les acteurs qui développent des alternatives soutenables dans le but de fournir une alimentation saine et de bonne qualité nutritive aux citoyens.

En moins de 10 ans, la Bio s’est transformée en une solution d’évidence pour une transition agricole, pour la transition énergétique dans l’alimentation, pour la transition économique vers l’économie sociale, sociétale et solidaire, pour la transition vers un commerce équitable. Oui, la Bio est un projet moderne, un projet d’avenir avec des solutions concrètes à la portée de chacun. De l’utopie d’hier à la solution d’aujourd’hui, la Bio est bel et bien le support à une transition sociétale.

La Bio porte une autre vision de l’agriculture et de la société. Elle plaide pour un modèle économique équitable, pour la redistribution des richesses, pour la protection de nos terroirs, pour des relations saines et fidèles avec la distribution qui permettent aux uns et aux autres d’investir… c’est une vision globale des relations, un véritable projet de société.

Peut-on encore aujourd’hui favoriser une agriculture fortement consommatrice de pesticides chimiques détruisant les sols et polluant nos aliments ?
Peut-on encore aujourd’hui céder face au lobby des multinationales de l’agrochimie ?
Peut-on encore aujourd’hui sacrifier la santé des Français et nos terres agricoles ?
 

Soyez nombreux à signer notre pétition car il en va de notre avenir, le Monde de demain se décide aujourd’hui : 
https://www.change.org/p/emmanuel-macron-l-arr%C3%AAt-du-glyphosate-d-ici-3-ans

Pour nous soutenir dans ce combat que nous jugeons primordial !
 

* Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
 

Claude Gruffat, Président Biocoop


Pensez au don militant quand vous venez au magasin...

Depuis le début du mois de mars 2018, les prochains centimes récoltés dans le réseau de magasins Biocoop viendront en aide aux ADEAR (Associations pour le Développement de l'Emploi Agricole et Rural).
Leur mission : accompagner davantage de paysans à transmettre leurs fermes à de nouveaux agriculteurs.

1 million de paysans !

C'est notre vœu pour les années à venir, inverser la tendance et remonter la pente. Si l'Union Européenne s'en donne les moyens, notre vision d'une agriculture à 1 million de paysans pourra devenir réalité.

 

Nous rencontrons et accompagnons tous les jours des hommes et des femmes qui mènent à bien des projets innovants d'agriculture paysanne, cette agriculture qui permet de vivre de son travail sur de petites fermes. Parce que l'installation agricole ne doit plus être « le parcours du combattant », la Confédération Paysanne a créé les ADEAR pour accompagner ces projets.

 

Durant cette année, nous vous proposerons des rencontres avec l'ADEAR des Hautes-Alpes...